et Vanille Goovaerts

DOCUMENTATION TECHNIQUE

La rencontre entre la Française Vanille Goovaerts et le Brésilien Ricardo Herz a donné naissance à ce duo de violon inattendu. Leur répertoire met en valeur leurs compositions (de l’un comme de l’autre) mais aussi différentes esthétiques de la musique populaire brésilienne (classiques du choro, forró, xote, frevo, chamamé…). Ils jonglent avec les rythmes, improvisent, dialoguent. Un concert vivant, vibrant, complice, qui nous fait voyager, et qui met le violon à l’honneur de manière surprenante.

Vanille Goovaerts

Vanille Goovaerts:
Installée au Brésil depuis 2019, la violoniste et rabequeira française Vanille Goovaerts a fait ses armes au CRR de Chambéry en Violon Jazz, tout en étant disciple des “ateliers jazz de Sassenage” conduits par Thierry Boyer. Elle a participé avec son violon à différents festivals de jazz dans la région grenobloise (Off Jazz à Vienne, Voiron Jazz Festival, etc) et, comme improvisatrice, elle aime particulièrement travailler en lien avec d’autres arts.

Sa récente passion pour le forró, l’amène à faire deux longs voyages dans le Nordeste du Brésil à partir de 2018. Elle commence à apprendre la rabeca avec Mestre Luiz Paixão et fait des recherches sur la musique brésilienne avec l’aide des musiciens de Olinda et de Recife.

A travers la musique, Vanille recherche la danse, l’expression, l’aventure et le partage. C’est ce qu’elle a vu dans la musique brésilienne. Aujourd’hui installée à São Paulo, elle continue à étudier la musique brésilienne avec des musiciens comme Ricardo Herz et Fábio Peron. Dans ses compositions, on peut entendre diverses influences, fruits de ses rencontres humaines et artistiques.
Ce duo avec Ricardo Herz lui permet d’exprimer sa passion pour le violon et la rabeca, ayant trouvé en Herz un partenaire à la même sensibilité musicale.

Ricardo Herz est une révolution mondiale du violon avec son originalité, son charisme et son « swing » inégalés. Il a créé un son et une technique de violon uniques qui lient les sons folkloriques des traditions de l’accordéon rural et du violon traditionnel (rabeca), les mélodies élancées du choro – la plus ancienne musique populaire urbaine du Brésil – à un style de composition profondément personnel et immédiatement reconnaissable.

Influencé par des personnalités telles que Dominguinhos, Luiz Gonzaga, Egberto Gismonti et Jacob do Bandolim, le mélange des rythmes brésiliens et africains avec l’improvisation jazz et la composition contemporaine a valu à Herz un succès international.Ricardo Herz est diplômé en violon classique de l’Université de São Paulo.

Herz a enregistré plusieurs albums en duo: avec le vibraphoniste-compositeur Antonio Loureiro, l’accordéoniste Samuca do Acordeon, le pianiste-arrangeur-chef d’orchestre Nelson Ayres et, plus récemment, le guitariste virtuose Yamandú Costa. Il a également sorti un album de musique pour enfants et a interprété ce répertoire avec le Cantilena Ensemble.
Herz est également un enseignant dévoué et un promoteur du violon brésilien. Il a enseigné dans divers contextes et a récemment lancé son propre « cours de violon populaire brésilien » en ligne.

Il a commencé à l’âge de 6 ans par l’École Fukuda de São Paulo. Il a par la suite étudié à la fameuse « Berklee », le Berklee College of Music (États-Unis) et au Centre des Musiques Didier Lockwood (CMDL), école du légendaire violoniste de jazz français.
Depuis son retour au Brésil en 2010, après avoir vécu 8 ans en France, Herz a collaboré avec de nombreux musiciens parmi les plus importants du Brésil, tels que Yamandú Costa, Dominguinhos, Nelson Ayres et Proveta, et en tant que soliste avec un grand nombre d’orchestres, notamment avec l’ Orquestra Jazz Sinfônica, Orquestra Sinfônica de João Pessoa, Orquestra Municipal de Jundiaí, Projet Guri, Orquestra Filarmônica de Violas et Orquestra Breusil.
Deux albums ont été enregistrés avec le Ricardo Herz Trio : Aqui é o meu lá et torcendo a terra.

“L’âme musicale du Brésil ne chante pas que par la guitare, complice pour l’éternité de l’exquise bossa, le cavaquinho cher à la samba ou au choro, ou l’accordéon, cœur et moteur du forró. Ses cordes sensibles sont aussi mises en vibration par le violon – et notamment la rabeca, sa version populaire typique des bals du Nordeste. Avec le duo plein d’érudition poétique et d’élégance virtuose formé par Ricardo Herz et Vanille Goovaerts, le violon devient même véhicule tout-terrain, botte de sept lieues permettant de traverser le vaste écosystème musical brésilien. Choro, forró, xote, frevo, chamamé, genres codifiés et improvisations, traditions rurales ou urbaines… Rien ne résiste au swing ravageur de ces deux beaux spécimens de musiciens migrateurs, qui de leurs périples dans le jazz, le classique ou les bals populaires, ont rapporté la clé qui leur ouvre tous les chemins du plaisir et de l’invention.”

Richard Robert – directeur de l’Opéra underground, Lyon